Pour ceux qui ne le savaient pas encore, il y a :

Ici c’est Paris !

Et

ICI C’est ANTREBLOC !

 

Pour les 20 ans, Fred a vu les choses en grand, avec une Moonboard, un mur extérieur pour faire plein de Run &n Jump, Skate et autres singeries SO 2018… des prises neuves partout, un nouveau pan, Jumpline, cracheur de feu, expo, DJ, LED, champagne et surtout une étape du ROCK TOUR.

À la manœuvre l’équipe de Globe Climber, de Bleaujob et d’Antrebloc

Lors des préparatifs Fred a proposé la création du « Fucking Rock Tour »… Un contest sans tapis, sans lumière, juste des projecteurs, musique à fond, danseurs et danseuses sur podium et dans des cages suspendues et à la fin, on fout le feu à la salle façon burning man.

Mais pour y parvenir, il fallait virer tous les tapis et c’était un peu chiant. Donc il faudra attendre l’année prochaine.

Bon cette année, tout le monde était au RDV, les 2 vagues sont pleines de grimpeurs avides de résine, de magnésie, prêts à broyer du bloc et faire la fête toute la nuit !

Samedi 5h du matin :

Yann, Pierre et Jérome, finissent les ouvertures, scotchs, étiquettes, bières et un mannequin challenge façon Antrebloc.

Samedi 13h :

John speakeur du Rock Tour lâche 80 énervés dans la salle. Tous à l’assaut des 28 blocs proposés de 4a à 8a.

Perso, je suis un peu dans le gaz, ce n’est pas à cause des 3h de sommeil, ou de l’ouverture des 28 blocs la veille… Essayez donc de supporter la team Bleaujob 2 jours entiers ! Entre leurs déhanchés, leurs « TTRRRRYYYAAANNNN » (les Antrebloqueurs comprendront), leurs Arkosettes (blocs à 50 prises à 1500€) spéciales petits biceps et leurs doigts de folies…

Bref, j’erre dans l’Antre, toujours subjugué par l’inventivité des grimpeurs dans leurs méthodes de bourricot, les sourires, les râleurs, les niveaux de dingues, les leggings et autres mini-shorts…

Samedi 16h :

Lancement de la vague 2 et c’est un festival, 110 grimpeurs, des brutasses partout, les 28 blocs sont enfin libérés par Alban suivi de près par Nico et Maël…

Samedi 19h :

Fin des qualifs et préparation des finales.

Dans le désordre ou pas, montage de la jumpline + démo par Louis Boniface himself, gros rush au bar, montage des finales, lancement de l’expo et présentation des athlètes et cracheur de feu.

Samedi 21h :

Lancement des finales

Bon chez les gars, c’est un peu le bordel.

8, 4e ex æquo avec 27 blocs… Du coup les 8 passeront le bloc en 1 en mode Mort Subite. C’est quoi cette histoire ? En gros, ils ont tous un essai et on garde les meilleurs. À ce petit jeu, c’est Clément qui s’en sort le mieux en attrapant la zone.

Les ouvreurs leur ont proposé un bloc bien physique sur des volumes Entre-prises.

Alban impérial enchaîne au premier essai et Clément au second.

 

Chez les filles, tout va pour le mieux avec 6 finalistes tout pile.

Le bloc 1 est en 100% prises nouvelles PU Volx, ce qui n’empêchera pas Maèlys de sortir à vue, suivi par Asya, Alice et Mallaury au 2eme essai puis Manon au 3eme. Justine malgré de beaux combats ne sortira pas.

Le bloc 2 est sous le format des 4 minutes. Chaque grimpeur passe 4 mn sur le bloc avec un nombre d’essais illimités, ceci permettant aux ouvreurs de proposer des blocs plus aléatoires.

Alban est le seul à sortir le bloc homme, il le fait au premier essai.

Chez les filles, Maëlys met 2 essais à toper le bloc et Alice, Mallaury et Manon prendront 5 essais à attraper la zone mais ne parviennent pas à sortir.

Bloc 3 :

The Highball : bloc de 7 mètres de haut avec tout de même un matelas de saut à la perche pour les accueillir en bas !

Chez les filles, c’est le show. Asya qui ne voulait pas y aller sort en 2 essais et Maèlys en 3.

Chez les mecs, les ouvreurs ont dû être un peu fatigués dans ce dernier bloc… Les 4 finalistes sortent au premier essai.

Après tout s’enchaîne très vite, Fred ayant annoncé l’open Bar Champagne, je n’avais pas envie de tarder…

Les podiums :

Ensuite les tirages au sort des lots (Crash Pad SNAP, Sac I’BBZ, Biosarde, Symples…) et enfin la soirée…

À partir de ce moment ma mémoire devient plus trouble… dans le désordre : champagne, gâteau, DJ, un porte-verre fort sexy, des défis made in Antrebloc (pour les connaitre il fallait être là !), bref du grand n’importe quoi. Après ça, plus rien, le black-out !

Dimanche 10h, je sors de mon camion, coupe et allure impeccables façon James Bond, devant l’entrée, Fred sirote une flûte de whisky (et oui il n’y avait plus de champagne), comme moi, complètement frais et dispo. Le sourire aux lèvres, content des 20 ans et de la folie conservée d’Antrebloc !

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Fill out this field
Fill out this field
Please enter a valid email address.
You need to agree with the terms to proceed

Menu